la tradition de la theophanie-

  ci-dessus à gauche

     - L’installation de la table liturgique et la préparation de la cérémonie:on aperçoit  le président du Toeb, l’oléiculteur bio Michaelis Tzouanakis. et son vice président .

  ci-dessus à droite :

-          -Un jeune papas est entré en fonction en 2016 à Zakros, son prédécesseur retraité habite toujours le village. 

- Ci-contre 

-       Au bout d’un long ruban, la croix est jetée trois fois dans l’eau.

La tradition de la théophanie à Zakros

 

 

Le 6 janvier est jour férié dans toute la Grèce. Les orthodoxes (98% de la population) n’y célèbrent pas l’épiphanie – l’arrivée des rois mages à la crèche – mais le baptême du Christ, à 30 ans, dans les eaux du Jourdain. A l’occasion de cette fête, nommée théophanie dans les rites orientaux, les eaux sont bénies, comme le furent celles du Jourdain, signe que « la nature a été confiée à l’homme et qu’elle mérite le respect ». 

 

Le rituel de la sanctification de l'eau

En Crète, le rituel de la sanctification de l’eau se déroule dans les endroits les plus divers : ports, rivières, sources, lacs, réservoirs, barrages et même piscines. A Zakros, après la messe matinale, la cérémonie se tient à la source, tout en haut du village, en présence notamment des élus du Toeb, l’association qui gère collectivement les eaux à usage agricole de la source, et arrose zone par zone, par un réseau de canalisations, plus de 200 000 oliviers dispersés sur 7 000 hectares. En janvier, la cueillette des olives bat encore son plein.Après les prières, le papas (prêtre) jette trois fois dans l’eau un croix attachée à un cordon bleu et blanc, aux couleurs de la Grèce. La célébration se termine par une distribution de pâtisseries traditionnelles. Et l’on trinque. Puis, le papas se rend dans les maisons des pratiquants alentour, pour bénir ses murs et ses habitants. 

 

A Sitia, la ville la plus proche, comme au Pirée et dans d’autres ports, la hiérarchie orthodoxe et les personnalités locales embarquent sur un bateau, tandis que de jeunes nageurs en maillot de bain – pas de femmes – patientent au bord de la jetée. Au signal, lorsque l’évêque lance une dernière fois la croix au bout du ruban dans la mer, les nageurs plongent dans les eaux froides pour la récupérer (voir la fin de cette vidéo de Sitia Pressdu 6 janvier dernier). Celui qui parvient à s'en saisir l’embrasse. Il est censé être protégé toute l’année. Sont ensuite bénis les bateaux de pêche, petits ou grands, du port.  

Comme souvent, la théophanie coïncide avec une ancienne fête païenne. Les 6 janvier est le jour où la nuit commence à régresser sensiblement, signe du lent réveil de la nature. 

Martine Jacot